Et pourtant elle tourne !
Galilée

L’ambition du pacte d’excellence vise à réformer un enseignement pour lequel aucune réforme n’a vraiment abouti depuis des décennies. Des débuts pas terminés, un peu comme un dessin d’enfant.

N’avez-vous pas l’impression qu’on tire sur l’ambulance?

De toutes les réformes proposées, c’est visiblement la plus bruyante qui s’en prend plein la figure, toutes sirènes dehors.On retient juste que l’on veut supprimer les cours de géographie, alors qu’en réalité, il s’agit de globaliser un enseignement de “sciences humaines” ce qui voudrait dire intégrer les cours d’histoire et de géographie dans un contexte de compréhension du monde et d’éducation citoyenne. Pourtant, la crise des cours de géographie et d’histoire n’est pas nouvelle : ils désintéressent de plus en plus les jeunes. Puis, on a entendu une nouvelle version : les écoles seraient autonomes dans leur choix.

Le changement peut-il être une bonne chose? Est-il nécessaire?

« Si vous voulez vraiment comprendre quelque chose, essayez de le changer”

En développement personnel, on dit que dès qu’il y’a de la résistance, c’est qu’il y’a quelque chose d’intéressant à découvrir. En l’occurrence, ici, le moins qu’on puisse dire, c’est que ça résiste fort. C’est donc un trésor qu’on va découvrir 😃
De quoi parle-t-on? De revoir la façon dont on enseigne face à un constat de non-excellence. C’est dire si l’enjeu est important!

Les inquiétudes des enseignements sont-elles légitimes? les cours sont-ils menacés?

“Le sel ne sert à rien quand c’est le sucre qui manque”
(Proverbe yiddish)

Un élément essentiel semble desaligné dans cette réforme : l’enseignant, soit le nerf de la guerre.

Ensuite, on ne parle finalement que peu du contenu : quels sont les réels changements dans la façon d’enseigner ? Celui qui ne connaît l’histoire est condamné à la reproduire, disait Charles de Gaulle. On sait que les cours d’histoire sont en déperdition d’intérêt et là ou Mme Schyns a raison, c’est qu’il convient de changer ce qui n’a pas été adapté depuis 20 ans (et elle est gentille… Un élève de rhéto m’a dit qu’il pensait que l’école avait été conçue pour son grand-père)

Le regret

Les cours de géographie et d’histoire vont-ils disparaître?

On parle finalement peu de vision, de véritable pédagogie mais plutôt de préservation des acquis (j’espère que ce cours de sciences humaines sera véritablement tourné vers la compréhension du monde, l’éveil du sens critique et la lecture des évènements historiques sur un temps court comme sur un temps long). Rien à voir, je trouve que l’idée des cours de latin obligatoire, l’intégration des langues plutôt en primaire et les cours de remédiation obligatoires sont des apports très attendus dans le débat. Mme Schyns a parlé d’intégrer le système d’apprentissage des intelligences multiples, j’attends de voir ce que ça donne car en théorie c’est une super idée.

Mais bon, le communisme aussi sur papier est une super idée!